Insécurité, le FN a-t-il conscience de sa part de responsabilité ?

de | 31 janvier 2016
Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedin

 

Cet article montre en se basant sur des théories et des expériences issues des sciences sociales et sur les phénomènes de groupes pourquoi les dirigeants du FN ont une part de responsabilité dans la montée de l’insécurité en France.
Notons aussi que l’on parle de la part de responsabilité des dirigeants du FN, à qui on pourra laisser le bénéfice du doute dans le sens où ils peuvent s’estimer dans leur bon droit, et non des électeurs de ce parti qui ne sont pas responsables de grand chose comme on le verra par la suite.

Dans le but de mieux éclairer ce qui va suivre, il a été vu dans un article précédent qui résumait des théories issues de la psychologie sociale (science qui mêle psychologie et sociologie) [1] :

  • Que notre mode de fonctionnement nous amène à avoir des stéréotypes et des préjugés sur les autres
  • Que les préjugés sont pour la plupart du temps un système de croyances
  • Que notre mode de fonctionnement nous amène à faire des amalgames
  • Que notre mode de fonctionnement tend à vouloir légitimer nos préjugés au lieu de les remettre en question
  • Que deux groupes sociaux distincts auront naturellement tendance à avoir des attitudes discriminatoires
  • Que la discrimination arbitraire d’un groupe sociale favorise les phénomènes de violence et la non intégration du groupe discriminé
  • Que la discrimination arbitraire d’un groupe sociale favorise la montée de l’insécurité

Le FN a donc un discours identitaire relié au groupe « français de souche ». Il véhicule aussi une idéologie anti immigration et anti islam.
Les propos du FN sont plus ou moins subtiles à ce sujet mais entretiennent une opposition entre « français de souche » et communauté musulmane, mais aussi toutes les communautés d’origine étrangère en général. Le FN entretient donc à l’aide de son discours une opposition entre deux groupes sociaux français. Si la psychologie sociale montre que les groupes sociaux ont une tendance naturelle à se mettre en opposition et développer des stéréotypes négatifs sur l’autre, elle montre aussi qu’une discrimination (surtout lorsque elle est excessive et injuste comme c’est le cas avec les idées véhiculées par le FN) tend à engendrer de la tension et des phénomènes de violence de la part du groupe visé et donc qu’il vaudrait mieux atténuer ce phénomène d’opposition au lieu de l’accentuer.

Des études montrent que les électeurs FN entretiennent des stéréotypes négatifs sur les musulmans et les communautés étrangères en général [2]. Les dirigeants du FN vont donc flatter et renforcer ce type de stéréotypes pour courtiser les électeurs déjà gagnés à leur cause mais aussi pour en gagner d’autres. Car plus les individus auront des stéréotypes négatifs envers les étrangers et les musulmans, plus ils auront tendance à voter FN, donc à voter pour le parti qui flatte ce type de stéréotypes.

Bien sûr un discours ou une attitude discriminatoire liée à ces stéréotypes ne va pas forcément entraîner un comportement agressif. Cela dépend de la personne, de son entourage, de la fréquence de la stigmatisation, etc. Certains peuvent aussi retourner cette agressivité vers eux même et devenir dépressifs, développer des troubles de l’identité, de la perte de confiance en soi, etc. Mais dans un groupe composé d’une multitude de personnes il y en aura toujours qui auront des comportements agressifs ou passeront à l’acte. Et avec le temps ils en entraîneront d’autres dans ce sillage si la stigmatisation ne cesse pas. Sans parler non plus d’un risque de phénomène de repli identitaire qui est aussi une réaction lié à une stigmatisation et qui n’aide pas à résoudre le problème.

On voit donc qu’avec un discours de type discriminatoire comme celui des dirigeants du FN cela ne peut que favoriser une montée des tensions au sein de la société, donc une montée de l’insécurité. Si au moins les stéréotypes et préjugés véhiculés étaient vrais on pourrait penser que les dirigeants du FN sont dans leur bon droit et qu’il serait même tout à fait légitime de pointer du doigt une partie de la population pour ses exactions. Mais on peut voir que ce soit au niveau de leur programme [3] ou des stéréotypes qu’ils véhiculent [4] que leurs conclusions ne reflètent pas la réalité.

En d’autre termes les dirigeants du FN montent les groupes sociaux et favorisent l’insécurité pour de fausses raisons.

Au delà du discours que l’on entend dans les médias il y a aussi ceux qui y adhèrent au sein de la population et qui distillent ce discours et/ou ont des attitudes discriminatoires au sein de la société. Le discours du FN ne s’arrête donc pas une fois le poste de télé éteint.

On peut d’ailleurs voir d’après Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme que les attitudes et les actes racistes sont en évolution constante depuis 1990 [5] [6]. De même qu’il y a une nette augmentation des actes islamophobes depuis 2005 [7]. Doit-on aussi y voir une relation avec la montée du score électorale du FN et la mise en place de leur discours dans l’inconscient collectif français ?

Tout cela est bien évidemment aidé par la mauvaise conjoncture économique. Là aussi les théories ont montré que lors d’une mauvaise conjoncture économique il y avait une tendance à la recherche d’un bouc émissaire au sein de la société, ici ce sont les communautés d’origine étrangère et l’islam. Mais la monté des tensions au sein d’une société va-t-elle réellement résoudre nos soucis économiques ou va-t-elle nous dévier des problèmes réels et donc ne rien résoudre du tout ?

On peut aussi comprendre aisément que si des passages à l’acte ont lieu envers une communauté, il y a de fortes chances que cette communauté va retourner cette agressivité vers ceux qui en sont responsables, mais aussi vers ceux qui ne le sont pas forcément.

En effet, si ce discours par un effet retour peut monter les communautés d’origine étrangères envers la communauté dite « française de souche », il y aura aussi des effets de bord et une mise en danger des autres communautés comme par exemple la communauté juive. Les communautés étrangères se sentant agressés injustement elle vont développer selon un principe de « frustration-agression » de l’agressivité (psychologique ou physique) envers les communautés « française de souche » mais aussi, par un effet de bouc émissaire, vers d’autres communautés (de même que le FN prend pour bouc émissaire les communautés d’origine étrangère et l’islam). Et tout cela est favorisé par un discours des dirigeants FN qui incite à la division et à voir l’autre comme une menace. On voit donc qu’avec ce type de discours on ne peut avoir qu’une montée constante de l’agressivité au sein de la société française, comme les études du CNCDH semblent le montrer, alors que c’est l’inverse qu’il faudrait faire.

Ne serait-il pas temps d’arrêter ce phénomène qui consiste à véhiculer des idées mensongères sur l’autre avant qu’il ne soit trop tard ? Dans l’antiquité ceux qui véhiculaient des mensonges sur l’autre n’étaient-ils pas punis dans le but de préserver la paix sociale et l’ordre public ? Il semble que c’est au gouvernement d’agir en conséquence.

Maintenant le FN est à son tour stigmatisé, et naturellement il se pose en victime. Si l’on en croit ses stéréotypes qui forment sa grille de lecture et au regard de l’ensemble des théories sur les groupes sociaux qui poussent tout un chacun à légitimer ses préjugés, il doit vivre lui aussi cette stigmatisation comme injuste et n’est pas en mesure d’accepter les accusations que l’on porte sur lui. Il pense être dans son bon droit et cela est d’autant plus vrai pour ses électeurs. C’est pourquoi dans un sens le FN qui a sa part de responsabilité dans la montée des tensions au sein de la population française n’en a peut être pas tout à fait conscience. Cela ne veut pas dire non plus qu’il doit continuer à propager des stéréotypes négatifs infondés sur ceux qui n’y sont pour rien, bien au contraire.

Les électeurs du FN quand à eux n’ont fait que suivre leurs instincts et ont réagi de manière conforme aux phénomènes liés aux groupes sociaux. Leurs vécus couplés à la situation actuelle expliquent sûrement pourquoi ils ont pris ce chemin. Le fait de leur dire que le « racisme c’est mal » semble être contre productif dans le sens ou cela revient à leur dire qu’ils sont coupables de rejeter un groupe qu’ils ont appris à voir comme coupable depuis toute ses années. Comme il semble naturel de vouloir rejeter ceux que l’on perçoit comme coupables, cela ne changera pas la situation mais au contraire risque d’augmenter leur ressenti négatif envers le groupe qu’ils jugent coupable. Là encore les expériences liées aux groupe sociaux ont déjà démontré ce type de processus.

Mais le fait que les électeurs du FN soient à leur tour stigmatisés pourrait leur faire comprendre ce que ressentent les étrangers et français d’origine étrangère. Cela pourra leur faire comprendre ce que ressentent ceux qui sont victimes de stigmatisation et qui le ressentent comme injuste. Peut-être un pas vers une compréhension mutuelle.

On est donc arrivé à une situation qui prendra du temps à être résorbée, mais si les médias continuent de répandre des stéréotypes négatifs sur les étrangers et les Français d’origine étrangère cela n’aidera pas à résoudre cette situation. De même que s’ils se bornent à rabâcher que le racisme c’est mal sans expliquer les problématiques liés à la situation et sans aller au fond des choses. Dans un sens on en est arrivé à une situation ou chacun s’est donnée raison face à l’agressivité et à la menace supposée de l’autre. Là aussi les sciences sociales peuvent aisément expliquer ce phénomène.

Ce que la France semble avoir besoin revient en quelque sorte à un processus de déconditionnement face aux idées reçues et la vision faussée de l’autre. Des spécialistes des sciences humaines pourront bien évidemment aider sur la marche à suivre.

Il va s’en dire aussi que plus il y aura de tensions au sein de notre société, plus il y aura besoin de moyen de coercition et de répression pour les gérer. Donc moins il y aura de liberté au sein de notre société, donc de plus en plus de frustration qui amènera elle aussi des tensions. Il serait peut-être temps de sortir d’un tel cercle vicieux qui n’est bon pour personne, que ce soit au niveau des rapports humains, au niveau économique ou encore au niveau de l’ordre publique en général.

Depuis les attentats de Paris le problème s’est complexifié dans le sens ou cela tend à légitimer les stéréotypes négatifs envers les musulmans. Toutefois il faut savoir que le but des terroristes est de diviser et faire monter les tensions entre les différentes communautés des pays occidentaux. On a vu que c’est exactement ce que favorise le discours des dirigeants FN qui se disent patriotes mais qui au fond aident les terroristes à atteindre leurs objectifs en faisant monter les tensions entre les communautés, que le FN en ait conscience ou non.

Donc que fait le gouvernement pour empêcher cela avant que l’on atteigne un point de non retour, lui aussi a-t-il conscience de la situation ?

Facebooktwittergoogle_plusredditlinkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *